[Communiqué] Catastrophe écologique de l’Escaut : Passons à l’action !

Dans la nuit du 9 au 10 avril dernier, la digue du bassin de décantation de la sucrerie Téréos d’Escaudoeuvres (59) a cédé, occasionnant la fuite de 100 000 m3 d’eau de lavage de betterave vers l’Escaut. La décomposition de cette matière organique a, selon toute vraisemblance, privé l’eau d’oxygène à mesure qu’elle s’est répandue dans le fleuve.

La Région wallonne estime que 50 à 70 tonnes de poissons seraient morts asphyxiés sur le tronçon wallon de l’Escaut. Il faudra 10 à 15 ans pour effacer les effets de cette catastrophe écologique en France et en Wallonie.

La semaine dernière, les autorités wallonnes ont reproché à la France sa négligence dans l’absence de signalement de la pollution massive auprès de la Commission internationale de l’Escaut.

Le préfet du Nord a ainsi confirmé ne pas avoir lancé d’alerte aux régions situées en aval : les mesures prises dans les jours suivants l’incident n’auraient en effet pas laissé présager la catastrophe, qui a pourtant bien eu lieu.

Alors que des possibilités de poursuites sont aujourd’hui étudiées de part et d’autre de la frontière, je demande au préfet du Nord de fournir des explications précises quant à ces négligences. Toute la lumière doit être faite sur les responsabilités en jeu.

Je propose qu’un plan d’action transfrontalier de dépollution de l’Escaut soit d’urgence mis sur pied avec l’ensemble des autorités concernées.

A lire également