[Communiqué] New Look : libérer les énergies ou le mépris ?

New-Look, enseigne d’habillement britannique, compte à ce jour 29 points de vente en France. Ce mardi 11 septembre, les salariés ont soudainement appris de leur direction la fermeture des magasins de Calais et de Rouen Gros-Horloge, respectivement les 15 et 19 septembre, soit seulement six et huit jours après l’annonce. Fermeture qui précède le licenciement des salariés.

La fermeture des boutiques s’inclut dans un « plan de restructuration » dévoilé le lundi 10 septembre en marge d’un comité d’entreprise. Ayant pour objectif de fermer 21 des 29 magasins de l’enseigne d’ici 2021, ce plan implique la suppression de plus de 250 emplois sur l’ensemble du territoire, soit les deux tiers des emplois actuels.

Face au refus des salariés de Calais et Rouen d’empaqueter les stocks et de préparer la fermeture de leurs magasins, la direction envoie les salariés d’autres magasins comme celui d’Amiens pour le faire à leur place. Le magasin d’Amiens est lui aussi en liste pour une fermeture annoncée.

Il faut souligner que les fermetures déjà programmées l’ont été avant l’information et la consultation des instances représentatives du personnel, à savoir le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail ( CHSCT ) et le Comité d’Entreprise ( CE ), qui débuteront le 17 septembre. Ainsi outrepassées, c’est au Tribunal d’Instance de Paris que les instances représentatives du personnel ont choisi de risposter, et ce dès le lundi 17 septembre où une audience est programmée dans l’après-midi.

Je tiens par ce communiqué à signifier tout mon soutien aux salariés des enseignes New-Look. Cette tentative d’écrasement des instances représentatives du personnel, les délais incroyablement courts imposés par la direction pour respecter un calendrier qui ne prend en compte que les intérêts budgétaires des dirigeants au détriment de leurs responsabilités d’employeur illustrent un dédain sidérant pour les employés de l’enseigne.

Je resterai particulièrement attentif à ce que les personnels concernés reçoivent un accompagnement qui sera en mesure de compenser le mépris auquel ces derniers ont du faire face.

A lire également

Leave a Comment