[Communiqué] NOV, Vallourec : Les promesses de Macron n’engagent pas les multinationales !

Ce qui était une rumeur persistante s’est donc confirmé vendredi dernier. Le groupe américain National Oilwell Varco (NOV), leader mondial de la production de tiges de forage, a officialisé la fermeture des sites d’Aulnoye-Aymeries et de Berlaimont, supprimant ainsi 129 postes de travail en Sambre-Avesnois. Rappelons-nous qu’en 2015, Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie et des Finances, s’était engagé à ce qu’il n’y ait «ni fermeture d’usine ni départ contraint» suite au désengagement massif de Vallourec de la région.

Or, seulement un an et demi après leurs rachats dans des conditions douteuses selon les syndicats, les deux anciens sites du groupe Vallourec verront leurs activités respectives délocalisées vers les États-Unis et la Chine.

Pour toute réponse à cette situation scandaleuse, le ministre de l’économie invite NOV à « prendre ses responsabilités, en lien avec Vallourec, pour proposer le meilleur PSE possible, avec reclassement, formation et accompagnement ».

Après Ascométal à Leffrinckoucke, Akers, Sambre et Meuse, les Aciéries des Forges d’Anor et bien d’autres, c’est un nouveau coup dur porté à un territoire sinistré par une désindustrialisation forcenée. J’adresse tout mon soutien et ma pleine solidarité aux familles qui seront touchées par ce drame.

J’interpelle une nouvelle fois monsieur le Ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire. La France a besoin de son industrie et d’un État fort et stratège pour relever les grands défis auxquels nous sommes confrontés, au premier chef celui du changement climatique. Il ne peut être question de se laisser désarmer par pur aveuglement idéologique au libre-échange. Quelles ont été les mesures prises par l’État pour garantir la pérennité de l’activité de ces deux sites ? Quelles mesures compte-il prendre pour protéger l’industrie de notre pays, nécessaire à la transition écologique ?

A lire également