Question au gouvernement : alerte sur la situation des sapeurs-pompiers

M. Adrien Quatennens alerte M. le ministre de l’intérieur sur la situation des sapeurs-pompiers.

Depuis plus de quatre mois les sapeurs-pompiers ont entamé une grève générale afin de mettre en lumière la dégradation de leurs conditions de travail et l’augmentation des risques encourus en mission. Face à l’absence de réponse de la part du gouvernement, une grande mobilisation nationale a été organisée ce mardi 15 octobre. Son succès témoigne de la colère profonde qui touche la profession.

Les motifs sont nombreux. Les effectifs et les moyens matériels sont largement insuffisants. Il est à ce titre alarmant d’apprendre que les agents intervenus sur le site de l’usine Lubrizol n’avaient pas assez de matériel pour tous les effectifs mobilisés. Des pompiers ont même dû intervenir munis de masque en papier pour lutter contre les fumées qui se dégageaient de l’incendie. Nombre d’entre eux ont souffert de maux de têtes et de vomissements. Ils demandent une augmentation des effectifs et un investissement massif dans le matériel.

La prime de feu actuelle, qui représente 19% du salaire de base, est insuffisante compte-tenu des prises de risques en interventions. Ils en demandent la revalorisation à 28%.

Les soldats du feu ne veulent plus intervenir pour des opérations qui ne font, à la base, pas partie de leurs missions, alors-même que les appels sont toujours plus nombreux pour des opérations urgentes. Ces départs s’expliquent par le manque de moyens dans l’ensemble de la chaîne de secours.

Enfin, la réforme des retraites à venir inquiète les pompiers qui ne voient pas clairement de quoi sera fait l’avenir et comment cette réforme impactera leur profession. Une chose est certaine toutefois, comme l’ensemble des Français, ils seront perdants. Face à l’urgence, les sapeurs-pompiers n’hésitent jamais à agir rapidement. Face à la situation grave, le gouvernement, lui, cherche à gagner du temps.

Monsieur Quatennens demande donc à Monsieur Castanner de mettre enfin en adéquation les actes avec ses discours de reconnaissance en répondant aux revendications légitimes des sapeurs-pompiers.

A lire également