Question au gouvernement sur la baisse des effectifs et moyens des services des finances publiques

M. Adrien Quatennens interroge M. le ministre de l’économie et des finances, sur la baisse des effectifs et des moyens des services des finances publiques et sur la déstructuration du réseau des trésoreries sur le territoire national et plus particulièrement dans les Hauts-de-France.

M. le député a récemment rencontré les représentants du personnel des finances publiques de la région Hauts-de-France, regroupés en intersyndicale. Ces derniers lui ont dressé l’état des lieux de leurs services et décrivent d’une part l’érosion continue du budget de fonctionnement de la direction générale des finances publiques (DGFIP), de l’ordre de 25 % entre 2012 et 2017, et d’autre part la baisse drastique des effectifs, avec la suppression de 37 600 postes depuis 2002.

À ce rythme, c’est l’avenir même du service qui est menacé : les suppressions d’emplois au sein de la DGFiP représentent 45 % des suppressions de postes de la fonction publique alors que le service compte 4 % des emplois de fonctionnaires. La baisse des effectifs et la déstructuration du réseau des trésoreries créent les conditions d’un manque à gagner important pour l’État en ce qui concerne la perception de l’impôt. Les agents craignent de ne plus pouvoir atteindre les taux de recouvrement actuels de l’impôt, ce qui provoquerait des pertes se chiffrant en milliards d’euros. Les conditions de travail des agents se détériorent, ce qui accroît les risques psycho-sociaux.

En parallèle, de plus en plus de missions sont abandonnées, les conditions d’accueil se dégradent et les délais pour les usagers s’allongent. Certains dossiers en attente de traitement dépassent leur délai de prescription et échappent au contrôle et à l’expertise des agents. Des investissements ont été réalisés, notamment dans le cadre de la numérisation des services, ce qui n’est d’ailleurs pas toujours allé de pair avec de franches réussites aux yeux des agents et a par conséquent nourri un certain malaise.

Les représentants du personnel demandent à ce qu’un point d’étape soit réalisé avant de poursuivre les suppressions de postes et les fermetures de trésoreries, afin de prendre pleinement la mesure des conditions et des conséquences de tels choix de restructuration.

Dès lors, il l’interroge sur les mesures que le Gouvernement entend prendre afin de répondre aux inquiétudes des agents des finances publiques et pour garantir le parfait fonctionnement de ce service.

A lire également

Leave a Comment