Versailles sans nous !

#MacronMonarc défigure la République Sociale

Ce Lundi 9 Juillet, nouveau caprice du monarque présidentiel qui convoque une fois de plus le Parlement en Congrès à Versailles. Il l’avait déjà fait l’année dernière, à peine le Parlement installé, et alors qu’il s’apprêtait à détruire le Code du Travail par ordonnances au beau milieu de l’été. Cette fois, il le fait alors qu’il s’apprête à revoir la Constitution dans le dos du Peuple, dans les mêmes conditions. Nous n’étions pas allés à Versailles l’an dernier, nous n’avons que davantage de raisons de ne pas y aller non plus cette année.

Destruction du Code du Travail par ordonnances, transcription de l’Etat d’urgence dans le droit commun, budget pour les riches, cure d’austérité pour la Sécurité Sociale et la Santé, hausse de la CSG pour les retraités, suppression des contrats aidés, baisse des APL, Loi Asile et Immigration, renoncements écologiques, sélection à l’université, ouverture à la concurrence de la SNCF, suivisme atlantiste… Un an de présidence suffit à comprendre quelle est la mission d’Emmanuel Macron : Outre l’exercice du pouvoir monarchique, c’est le visage de notre République qu’il modifie à grands coups de réformes.

L’actuel Président de la République veut transformer la République Sociale en Marché Libre dont il serait le « leader » ! A l’Assemblée Nationale, le champ lexical employé par la majorité est de plus en plus souvent empreint du vocable des DRH en Conseil d’administration ou de « startupper ». Un peu plus d’un an après son accession au pouvoir, Emmanuel Macron est déjà désavoué par une large majorité de françaises et de français qui ont bien compris l’injustice et l’inefficacité de sa politique.

Avec Macron, tout est plus facile pour une infime minorité et plus dur pour le grand nombre. Face à l’extrême libéralisme qui défigure notre pays et qu’incarnent Emmanuel Macron et sa majorité, nous sommes, avec La France Insoumise, l’alternative humaniste et écologiste disponible.

 

 

A Versailles, les passe-plats se transforment en pots de fleurs !

 

500 000 euros ? 400 000 euros ? Ou finalement 286 000 euros ? Une chose est sûre : ce Congrès de Versailles coûte « un pognon de dingue » ! Tout cela pour que le monarque Macron vienne donner un long discours devant les députés et sénateurs qui auront fait le déplacement. Discours auquel ces derniers ne pourront pas répondre puisque dès qu’il l’aura prononcé, le Président Macron s’en ira. Il n’écoutera pas ce que les parlementaires ont à lui dire. Il a l’habitude. Un simulacre de débat aura lieu après son intervention, en son absence.

Pour cela, il n’y a pas besoin d’aller à Versailles ! L’Assemblée Nationale et le Sénat devraient nous suffire même s’il est vrai que ce sont des lieux où l’on fait de moins en moins de politique ! Quel intérêt, dès lors, à participer à cette mascarade dont tout le monde se fiche ? A l’Assemblée Nationale, le Président de la République dispose d’une large majorité de députés parmi lesquels beaucoup de « passe-plats ». Leur seule fonction réelle est de faire l’appoint en votant en cadence ce que le Président de la République décide seul ou presque. En circonscription, ce sont les mêmes que l’on retrouve de cocktails en cocktails, d’inaugurations en inaugurations, de visites en visites… C’est vrai que compte tenu du nombre d’invitations qu’un député reçoit, on peut vite considérer sa boite aux lettres comme une agence de voyage et le temps passé en circonscription comme celui des jolies colonies de vacances !

A chacun sa conception du mandat qui nous a été confié. Quand ils s’ennuient, les députés de La République En Marche sont heureux de pouvoir poser une question au gouvernement. Bien souvent celle-ci se résume à « Madame la Ministre, comme la dernière fois ce que vous avez fait été très très bien, pouvez-vous nous raconter comment la prochaine fois, vous ferez encore beaucoup beaucoup mieux ? ».

Aussi, ils déposent beaucoup d’amendements qu’ils retirent après les avoir défendus parce que, bien entendu, le ou la ministre destinataire les a évidemment convaincus ! Mais au Congrès de Versailles, il ne peut être ni question de voter, ni d’engager un quelconque débat avec le Président de la République. Ainsi, à Versailles, les députés « passe-plats » deviennent des députés « pots de fleurs » ! On ne m’a pas confié un mandat pour que j’aille faire le pot de fleur dans le décor d’un discours du Président de la République qui rend la vie plus dure à une majorité de français !

 

 

Macron convoque à Versailles un Parlement qu’il méprise

 

Il ne manque pas d’audace Emmanuel Macron ! En convoquant le Congrès à Versailles, il va s’exprimer devant un Parlement alors que son exercice du pouvoir suffit à démontrer combien il le méprise. Pour le monarque, le Parlement est une perte de temps. C’est un caillou dans sa chaussure. Pour lui, tant que les rues ne débordent pas et que le Parlement tient debout, il faut aller vite, très vite. C’est une course contre la montre que donne le Président de la République. La première année, il s’agissait de prendre l’opinion de vitesse. Il en ferait un maximum sans que les françaises et les français ne puissent bien se rendre compte de ce qu’il était en train de faire puisqu’il avait annoncé qu’il ferait « ni de gauche ni de droite ».

Maintenant qu’il a bien eu les français, Macron veut se payer les parlementaires ! Déjà le rythme qu’il impose provoque une organisation du travail absolument anarchique à l’Assemblée Nationale qui devient une industrie législative qui tamponne les projets de lois venus de l’Elysée bien plus qu’elle ne débat où n’est à l’initiative. Mais cela ne lui suffit pas ! Macron veut aller beaucoup plus loin. C’est la raison pour laquelle, il veut réformer la Constitution.

 

 

Vous regardez le foot ou êtes en vacances et Macron vous fait un nouveau sale coup ! 

 

On dit souvent que c’est pendant l’été, quand l’attention des citoyens pour la vie politique diminue que les mauvais coups passent. L’année dernière, il s’agissait des ordonnances travail qui ont sabordé le Code du Travail pendant que beaucoup de français étaient à la plage. Cette année, c’est carrément la Constitution qu’Emmanuel Macron entend modifier pendant que vous êtes occupés à regarder la Coupe du Monde de football ou que vous prenez quelques vacances.

La Constitution de la 5ème République a déjà été modifiée une vingtaine de fois depuis son adoption sans l’avis du Peuple français. Sans aucune vision cohérente de la République et de la démocratie française, Macron veut sa réforme constitutionnelle lui aussi !

Il s’agit plutôt d’un bricolage inconséquent pour accélérer encore un peu plus le rythme au mépris de la représentation nationale. Macron veut diminuer de 30% le nombre de parlementaires, c’est-à-dire qu’il veut moins de démocratie car pour lui, il y en a de trop. Pour nous, il n’y a jamais trop de démocratie. Alors que comparativement à leurs voisins européen, les français sont loin d’être surreprésentés, Macron veut éloigner davantage les citoyens de leurs représentants. Cette réforme constitutionnelle risque également d’aggraver l’ingérence du Gouvernement dans le travail parlementaire. Il s’agit aussi de restreindre le droit d’amendements et de faire passer des lois en Commission sans séance publique.

Mais c’est aussi l’unité territoriale de la République que vise Macron car sa réforme procède à un retour au morcellement législatif en métropole qui était en vigueur dans l’Ancien régime et offrirait la possibilité d’avoir des « lois locales ». Il est également question de modifier les règles concernant le temps de communication audiovisuelle des partis politiques, évidemment au bénéfice de la majorité ! Emmanuel Macron n’a aucun mandat populaire pour procéder à cette réforme de la Constitution. Il va encore aggraver la monarchie présidentielle et désagréger l’unité territoriale de la République. Le contenu de cette réforme constitutionnelle est une attaque contre le pluralisme politique et donc contre la démocratie.

 

 

Vite, la Constituante pour passer à la 6ème République !

 

Par cette réforme qui va aggraver la situation, Macron prétend régler le problème ! Il n’en est rien. Une fois de plus, le Peuple est laissé à l’écart de la discussion sur ses institutions. Pourtant, d’élections en élections, la progression de l’abstention apporte la preuve que dans sa majorité, le Peuple ne consent plus aux règles du jeu. Il y a donc urgence à créer les conditions pour qu’il les redéfinisse lui-même. C’est la raison pour laquelle nous reformulons le vœu de la convocation d’une Assemblée Constituante pour passer à la 6ème République.

La nouvelle Constitution dont la France a besoin doit être radicalement nouvelle, y compris dans sa méthode d’écriture : elle ne peut être un simple rafistolage de la 5ème République. C’est le peuple lui-même qui doit s’emparer de la question en s’impliquant tout au long du processus constituant. L’Assemblée Constituante serait composée de citoyennes et citoyens qui n’auraient jamais été élus dans le cadre de la 5ème République et qui ne pourraient pas prétendre à être élus dans le cadre de la 6ème République.

La Constituante est le moyen de faire en sorte que le Peuple s’implique de nouveau dans la vie de ses Institutions et se les réapproprie. Nous avons de multiples propositions à formuler pour une 6ème République démocratique, égalitaire, instituant de nouveaux droits et imposant l’impératif écologique. Au lieu de tout cela, Macron veut affaiblir encore davantage le Parlement, au beau milieu de l’été, dans le dos des français.

Cette réforme constitutionnelle voulue en catimini n’est pas acceptable ! C’est pourquoi ce lundi dès 14h00, où que vous vous trouviez, que vous soyez ou non en vacances, nous vous invitons à participer à une manif en ligne contre le monarque Macron en utilisant le hashtag #MacronMonarc !

 

Vous retrouverez toutes les informations sur la plateforme de La France Insoumise à l’adresse suivante : https://lafranceinsoumise.fr/2018/07/06/manif-en-ligne-contre-macronmonarc-lundi-9-juillet-a-14h/

 

A lire également

Leave a Comment