Question au gouvernement : boycott de la cop 25 tant que le gouvernement chilien brutalise le peuple

Monsieur Quatennens interpelle Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian sur la situation politique au Chili.

A la date du mardi 22 octobre on dénombrait 4 morts, victimes des tirs des forces de l’ordre et 11 morts, victimes d’incendies. Les autorités dénombraient officiellement 239 civils ainsi qu’une cinquantaine de policiers et militaires blessés. Elles annonçaient aussi 2 643 arrestations. Au total, 84 blessés l’ont été par armes à feu, selon l’Institut national des droits humains (INDH), organisme public indépendant.

Alors que les manifestations se poursuivaient mardi, avec des milliers de personnes rassemblés dans plusieurs endroits de la capitale, les 7,5 millions d’habitants de Santiago devaient passer une quatrième nuit sous couvre-feu.

Cette situation n’est pas seulement due à l’augmentation du ticket de métro mais à 30 ans de politiques libérales destructrices, creusant toujours plus les inégalités entre les chiliens. Cette colère sociale, nous la connaissons en France.

La réponse brutale du gouvernement français aux mobilisations sociales et écologiques a montré la voie. « Si même le gouvernement du pays des Droits de l’Homme brutalise les manifestants, sentons-nous libres de les réprimer durement » se disent sans doute les membres du gouvernement chilien.

Aussi, monsieur Quatennens appelle monsieur le ministre à suspendre la participation de la France à la prochaine COP25 organisée Santiago en décembre 2019, temps que les violences subies par le peuple chilien ne cesseront pas.

A lire également