[Question au gouvernement] Office Dépôt : vite un bouclier social contre le fonds vautour Aurelius

M. Adrien Quatennens alerte M. le ministre de l’économie, des finances et de la relance sur la menace pour l’emploi et l’activité du fonds vautour Aurélius.

Ce mardi 16 mars 2021, le Tribunal de Commerce de Lille a prononcé la poursuite de l’activité d’Office Dépôt au moins jusqu’au 20 avril, date d’une nouvelle audience. Le 5 février dernier, le tribunal avait placé l’entreprise de vente de fournitures de bureau en redressement judiciaire. En France, 1 750 postes sont menacés, répartis sur 60 magasins, 3 entrepôts et 22 plate-formes de distribution.

En janvier 2017, les activités européennes d’Office Dépôt sont devenues, pour un euro symbolique, la propriété d'”Aurelius”, un fonds vautour, bien connu des services de l’État, et déjà responsable de la faillite de plusieurs entreprises en difficulté et de la destruction de centaines d’emplois. Aujourd’hui, les représentants des salariés craignent la vente à la découpe ou la fermeture de plusieurs magasins.

Prétextant d’une baisse de 20% du chiffre d’affaire en raison de la crise sanitaire pour demander le redressement judiciaire, le fonds allemand n’a en réalité jamais investi dans l’entreprise et tenterait maintenant de s’en débarrasser après en avoir vidé les caisses. Une enquête pour abus de biens sociaux est en cours à ce sujet à la suite d’une plainte déposée par le Comité Social et Économique Central d’Office Dépôt, portant sur des transactions réalisées par les filiale du groupe vers leur maison mère.

Comment se fait-il que, malgré les alertes successives adressées à ses différents services, l’État ait pu laisser un tel fond réaliser ses basses œuvres ?

L’activité et l’emploi sont à nouveau en danger, alors que l’OFCE estime déjà que près de 800 000 emplois seront supprimés cette année dans notre pays. L’État doit pouvoir opposer un bouclier social à l’égoïsme des profiteurs de crise. Monsieur le député interroge donc monsieur le ministre sur les mesures qu’il entend prendre en ce sens.

A lire également