[Question au gouvernement] Réingénierie du diplôme des ambulanciers de la fonction publique hospitalière

M. Adrien Quatennens attire l’attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur sur la réingénierie du diplôme des ambulanciers de la fonction publique hospitalière.

Ces professionnels avaient déjà revendiqué le passage de leurs diplômes de la catégorie C à la catégorie B de la fonction publique à l’occasion du « Ségur de la Santé » de 2020.

Cependant, seuls les diplômes des aides-soignants et des auxiliaires de puériculture vont évoluer en catégorie B. En effet, après huit mois de travaux la direction générale de l’offre de soins a fait savoir que l’augmentation conséquente du temps de formation pour l’obtention du diplôme d’État d’ambulancier n’est pas prévu.

Pourtant, ces professionnels, en plus d’un DEA doivent avoir un permis de conduire poids lourd ou transport en commun. Des formations complémentaires, comme la formation aux soins d’urgence en situation sanitaire exceptionnelle sont nécessaires. Pour les professionnels en structure mobile d’urgence et de réanimation, une autre formation d’un mois, un stage de sécurité routière et de conduite en situation d’urgence sont obligatoires. Ou encore, des formations à la prise en charge pédiatrique, aux risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques.

A l’énoncé de ces nombreuses formations il apparaît évident que la qualification des ambulanciers de la fonction publique hospitalière mérite de relever de la catégorie B de la fonction publique.

Alors que ces professionnels ont été pleinement mobilisés pendant la crise sanitaire, le refus du gouvernement d’accéder à cette revendication légitime est incompréhensible.

M. Adrien Quatennens interroge donc M. le ministre sur les mesures qu’il entend prendre pour donner suite à cette demande.

A lire également